Actualités > Amendement de Kigali : moins de gaz HFC pour préserver le climat

Amendement de Kigali : moins de gaz HFC pour préserver le climat

Le 15 octobre dernier, 197 pays sont parvenus à un accord historique dans la lutte contre le réchauffement climatique, en adoptant la fin progressive des hydrofluorocarbures. Détails…

amendement-kigali-2016

L’amendement de Kigali (nom officiel de l’accord), signé le 15 octobre 2016, s’inscrit dans le cadre du protocole de Montréal qui vise à limiter l’usage des substances nuisibles à la couche d’ozone, interdisant notamment l’utilisation des gaz chlorofluocarbures (CFC). C'est maintenant au tour des hydrofluorocarbures de voir leur utilisation supprimée...

Une suppression progressive d'ici à 2050

Abouti après 7 ans de négociations, cet accord prévoit une réduction drastique de l’utilisation des gaz fluorés de la famille des hydrofluorocarbures (HFC), principalement utilisés comme fluides frigorigènes dans les climatiseurs, réfrigérateurs et pompes à chaleur. En effet, ces HFC ont un fort potentiel de réchauffement climatique, provoquant un effet de serre 14 000 fois plus puissant que le CO2 !

C'est pourquoi les pays les plus développés (incluant les Etats-Unis, la France et de nombreux pays européens) s’engagent à en diminuer leur usage de 10% d’ici à 2019 et à les supprimer progressivement d’ici à 2050.
Les pays en voie de développement (incluant l’Inde et la Chine) stabiliseront quant à eux leur production avant 2030.

Un grande victoire pour le climat

Conjuguée aux efforts déjà engagés à l’échelle européenne dans le cadre de la réglementation F-GAS, cette décision contribuera donc à influencer encore un peu plus les choix industriels d’aujourd’hui et de demain dans l’utilisation des fluides frigorigènes.

Selon estimations, cet accord permettra de réduire les émissions de 72 milliards de tonnes équivalent CO2 d’ici à 2050, soit l’équivalent de l’empreinte annuelle d’un pays comme l’Allemagne. Ces efforts pourraient ainsi permettre d’éviter jusqu’à 0,5°C de réchauffement climatique à l’échelle mondiale en 2100, soit 1/4 de l’objectif fixé par l’accord de Paris (2°C).
 

Source : Qualit'EnR'infos n°39
Crédit photo : Levert.ma