Actualités > Entretien avec Virginie Schwarz

Entretien avec Virginie Schwarz

Qualit’EnR a le plaisir de recevoir Virginie Schwarz, récemment nommée en tant que directrice de l’énergie au sein du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, pour évoquer les actions en faveur des énergies renouvelables et de la transition énergétique...

 

« La qualité des installations est un enjeu essentiel pour le développement et la pérennité des filières. »

 

 

 

 

 

En quoi la future loi sur la transition énergétique va-t-elle influer sur l’action du ministère de l’Ecologie dans le secteur des EnR ?

 

Le Président de la République a décidé lors de la conférence environnementale de septembre 2012, d’engager la France dans un processus de transition énergétique dans une perspective de décarbonisation et de diversification du mix énergétique français. Les économies d’énergie et le développement des énergies renouvelables sont deux axes majeurs de cette politique de transition énergétique.

A ce titre, le projet de loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte fixe les grands objectifs à atteindre et donne un horizon stable pour agir dès maintenant, en inscrivant dans la loi les engagements pris par le Président de la République au cours des deux premières conférences environnementales :

  • baisser la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50 % à l’horizon 2025.
  • réduire de 40 % de nos émissions de gaz à effet de serre en 2030, et les diviser par quatre en 2050, par rapport à la référence de 1990 : c’est le « facteur quatre » ;
  • réduire de moitié la consommation d’énergie à l’horizon 2050 par rapport à 2012 et porter le rythme annuel de baisse de l’intensité énergétique à 2,5 % d’ici 2030.
  • porter la production d’énergie renouvelable à 23 % de notre consommation énergétique finale en 2020, et à 32 % en 2030.

Avec la mise en place des budgets carbone, et d'une programmation pluri-annuelle de l'énergie (PPE), le gouvernement instaure des dispositifs permettant de piloter la transition vers un système énergétique plus renouvelable. La PPE, révisée tous les cinq ans, sera l'outil fixant nos trajectoires de développement des EnR et sur lequel les appels d'offres et les mécanismes de soutien s'appuieront.

Le projet de loi prévoit également la mise en place d’un nouveau mécanisme de soutien aux énergies renouvelables électriques – dit complément de rémunération – qui permettra d’attribuer aux producteurs d’énergie renouvelable une prime en complément de la rémunération tirée de la vente de l’électricité sur le marché. La mise en place de ce mécanisme contribuera à une meilleure intégration des énergies renouvelables au marché de l’électricité en exposant les producteurs aux signaux prix de court terme et en les sensibilisant aux enjeux liés au fonctionnement du marché, étape nécessaire à la poursuite et à la massification de leur développement.

Enfin, pour accompagner le développement des énergies renouvelables thermiques, le doublement de la dotation du fonds chaleur à horizon 2017 a été annoncé. Ce doublement est en effet nécessaire pour porter le rythme des projets nouveaux à 600 ktep/an en moyenne sur la période 2014-2020, permettant l’atteinte de la cible à l’horizon 2020.

 

 

Comment les particuliers sont-ils incités par l’Etat à s’équiper en énergies renouvelables, notamment dans le cadre d’une rénovation énergétique ?

 

Dans le cadre de la transition énergétique, les aides financières sont simplifiées et renforcées pour permettre une accélération des travaux de rénovation énergétique et une diffusion plus large des énergies renouvelables.

 

L’accès des particuliers à l’éco-prêt à taux zéro est facilité puisque ce sont les entreprises réalisant les travaux qui sont désormais chargées d’attester leur éligibilité au prêt. Le  crédit d’impôt transition énergétique devient le dispositif phare de la rénovation énergétique, avec l’application depuis le 1er septembre 2014 d’un taux unique de 30 % quel que soit le type d’actions et sans exigence de conditions de ressources.

 

L’éco-conditionnalité des aides publiques sera pleinement appliquée le 1er janvier 2015. Qu’en attendez-vous pour les professionnels et les particuliers ?

 

La qualité des installations est un enjeu essentiel pour le développement et la pérennité des filières. Beaucoup d’entreprises du bâtiment se sont déjà engagées dans ce domaine  notamment à travers la formation. La mise en place de l’éco-conditionnalité des aides publiques permet d’accompagner et d’accélérer cette montée en compétence des professionnels.

Ce dispositif qui vise à professionnaliser la filière de la rénovation énergétique et des énergies renouvelables va également permettre d’assurer les particuliers de la qualité des prestations en vue de réduire leur consommation d’énergie.

 

Le solaire thermique est en grande difficulté malgré ses atouts : peut-on envisager un encouragement des pouvoirs publics pour relancer la filière ?

 

La chaleur renouvelable est l’un des enjeux nécessaires à la réussite de la transition énergétique et la filière solaire thermique y a sa place d’autant que les professionnels se mobilisent pour retrouver le chemin de la compétitivité et de la croissance.

Le contexte réglementaire  offre un cadre favorable au développement  de la filière :  la valorisation des EnR dans la RT 2012, l’étiquetage énergétique qui valorise les équipements solaires au meilleur niveau de performance (A+++).

Les aides apportées aux  travaux de rénovation énergétique mais aussi le doublement du fonds chaleur pour les projets collectifs et industriels complètent le dispositif d’accompagnement des pouvoirs publics aux nouvelles filières et notamment au solaire thermique.

 

Depuis 2006, Qualit’EnR contribue à l’amélioration de la qualité dans les énergies renouvelables : quelle est votre perception de cette démarche ?

 

L’émergence d’une filière de qualité dans le domaine des énergies renouvelables est essentielle pour atteindre nos objectifs énergétiques et réussir la transition énergétique.

Le marché est en pleine mutation. Les actions de formation et la mise en place de qualifications des entreprises permettent de répondre aux enjeux de structuration des filières. 

 

 

Source : Qualit'EnR 

Crédits photo : DGEC