Actualités > Transition énergétique : ce qui va changer au quotidien

Transition énergétique : ce qui va changer au quotidien

La loi sur la transition énergétique pour la croissance verte a été adoptée définitivement par l’Assemblée nationale le mercredi 22 juillet 2015. Qualit’EnR vous propose un résumé des principaux changements apportés par cette nouvelle loi dans la vie de tous les jours…

La transition énergétique pour la croissance verte vise à moderniser la société française pour faire face aux nouveaux défis du 21e siècle dans ses différents domaines : mobilité, énergie, économie…

 

 

Voici un résumé des principaux changements liés à la loi de transition énergétique pour la croissance verte :

 

La fin des sacs plastiques dans la distribution

Ces objets du quotidien sont appelés à disparaître progressivement car ils nuisent fortement à pour l’environnement : les sacs plastiques peuvent mettre jusqu’à 450 ans avant de se dégrader.

Tous les sacs non réutilisables seront interdits aux caisses dès le 1er janvier 2016, un délai qui sera repoussé au 1er janvier 2017 pour les sacs alimentaires (fruits). Ces derniers seront remplacés par des sacs fabriqués à partir de matières végétales qui devront obligatoirement être biodégradables.

 

 

Un chèque énergie pour les revenus modestes

La précarité énergétique touche environ quatre millions de ménages, qui consacrent plus de 10% de leur budget à payer leurs factures d'énergie. Une situation qui pourrait s’empirer dans les années à venir si le prix des énergies fossiles continue de grimper.

Face à ce constat, l’Etat souhaite mettre en place un dispositif de chèques « énergie » qui remplacera le tarif social de l'énergie (trois millions de bénéficiaires) à partir du 1er janvier 2017. Ce chèque énergie pourra permettre d’aider à régler les factures énergétiques ou à financer des travaux de rénovation énergétique du logement (isolation, renouvellement de chaudière…). Son montant variera en fonction des revenus du ménage : de 50 à 150 euros par an.

 

Des véhicules plus propres dans les rues

Afin de réduire le nombre des voitures les plus polluantes, le bonus d'achat mis en place pour les véhicules électriques grimpe jusqu’à  10 000 euros en cas de remplacement d'un vieux véhicule diesel.

Lancé en avril dernier, cette mesure a déjà permis de doubler les ventes de véhicules électriques en France, avec 2 300 immatriculations en juin contre 1 000 en mai 2015. La loi prévoit 7 millions de points de recharge en France d'ici à 2030 et leur installation deviendra obligatoire dans les parkings publics ou privés en cas de travaux.

Les transports en commun ne sont pas en reste : ils devront compter au moins 50% de bus et de cars propres (électriques ou hybrides rechargeables) à compter de 2020 puis 100% dès 2025. Pour la RATP, l’objectif de 50% s'appliquera dès 2018.

 

 

Des compteurs intelligents dans les maisons

La loi prévoit le déploiement d'ici à 2021 de 35 millions de compteurs d'électricité intelligents (Linky) et 11 millions de compteurs de gaz (Gazpar). L'objectif est de permettre aux ménages d'être mieux informés sur leur consommation pour les aider à faire des économies.

La facturation d'électricité se fera désormais sur la consommation réelle, mesurée par le compteur en direct et relevée à distance, et non plus sur une estimation qui pouvait conduire certains particuliers à de mauvaises surprises.

 

 

Des modes de transports alternatifs dans la société

Pour inciter les Français à prendre davantage leurs vélos pour les trajets quotidiens, la loi prévoit la création de places de stationnement sécurisé pour les vélos lors de la construction d’un nouveau bâtiment. Elle encourage également les déplacements à bicyclette sur les trajets domicile-travail avec la création d’un système d’indemnité kilométrique dont bénéficiera également le covoiturage entre salariés.

A partir de 2018, toute entreprise de 100 salariés ou plus établie dans le périmètre d'un plan de déplacements urbains devra élaborer un plan de mobilité encourageant l’utilisation des transports en commun et le recours au covoiturage.

 

Source : www.developpement-durable.gouv.fr

crédit photo : MEDDE