Actualités > Transition énergétique : de nouvelles perspectives …

Transition énergétique : de nouvelles perspectives …

Mardi 22 octobre,  Philippe Martin s’est exprimé lors d’un discours à l’occasion du colloque de l’Union Français de l’Electricité (UFE). Le ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie a abordé certaines thématiques importantes de la transition énergétique : le soutien public aux énergies renouvelables, l’évolution des tarifs d’achat photovoltaïque et le modèle d’autoconsommation, ainsi que la troisième période des certificats d’économies d’énergie.

 

  

 

Le récent discours de Philippe Martin, à l’occasion du colloque de l’UFE dessine de nouvelles perspectives en matière de transition énergétique.

 

Les objectifs de transition énergétique : un cap pour le gouvernement

 

Au cours de la première conférence environnementale en 2012, le gouvernement avait annoncé sa volonté de respecter les objectifs des 3-20 fixés par l’Europe. C'est-à-dire :

  • Réduire de 20% les consommations d’énergie ;
  • Atteindre 20% d’énergie renouvelables dans le mix des consommations finales d’énergies ;
  • Réduire de 20% les émissions de CO2 ;
  •  A  l’horizon 2020.

Cette année, le cap reste le même et les objectifs ont été évalués à plus long terme. Lors du discours d’ouverture de la 2ème conférence environnementale, le président de la République, François Hollande, a présenté les chiffres du Facteur 4, c'est-à-dire une division par 4 des émissions de CO2 à l’horizon 2050 (basé sur les émissions de 1990).

Pour atteindre le facteur 4, le gouvernement s’est fixé des objectifs intermédiaires :

  • Réduire de 30% la consommation d’hydrocarbure de la France d’ici à 2030 ;
  • Abaisser la part du nucléaire à 50% du mix énergétique en 2025.

 

Les énergies renouvelables, levier de cette transition

 

Le ministre de l’écologie a apporté cette semaine des précisions sur l’annonce du président de la République relative à un abandon des tarifs d’achat actuels pour le photovoltaïque .

Le ministre n’a pas démenti la disparition prochaine de ce levier d’accompagnement financier, il a cependant rassuré la filière en annonçant que l’abandon serait progressif et accompagné, pendant une période transitoire, des nouveaux dispositifs.

Il a aussi annoncé la mise en place d’une réflexion sur un nouveau modèle économique à moyen et long terme pour la filière : l’autoconsommation semble actuellement l’orientation privilégiée pour relancer la filière photovoltaïque. Un relai de croissance attendu par tous les acteurs d’un secteur qui connaît des difficultés importantes depuis plusieurs années et attend un nouveau souffle.

 

Les certificats d’économies d’énergie simplifiés

 

Pour continuer à soutenir les travaux d’économies d’énergie, Philippe Martin a réaffirmé son soutien au dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE), qui oblige les producteurs et distributeurs d’énergie (EDF, Total, etc.) à inciter aux économies d’énergie.  Cette action se traduit le plus généralement par un accompagnement financier des opérations réalisées, qu’elles soient individuelles ou collectives.

Malgré son efficacité, ce dispositif reste encore assez complexe et administratif. Suite au rapport de la Cour des comptes consacré aux CEE, publié le 16 octobre dernier, Philippe Martin a déclaré vouloir profiter de la 3ème période des CEE pour simplifier le mécanisme et passer à un niveau supérieur d’obligation.

 

De nouvelles discussions en vue de la loi « transition énergétique »

 

Par ailleurs, de nouvelles discussions autour de la mise en place d’un dispositif de soutien aux énergies renouvelables efficient et porteur de croissance mobiliseront l’ensemble des acteurs de la filière, en prévision de la future loi sur la transition énergétique.

 

 

Pour en savoir plus, consultez nos dossiers thématiques sur les énergies renouvelables dans notre rubrique Focus.

 

 

Source : MEDDE

Crédit Photo : ©Arnaud Bouissou - MEDDE