Actualités > Transition énergétique : entre bilan 2013 et perspectives 2014

Transition énergétique : entre bilan 2013 et perspectives 2014

Le 22 janvier dernier, lors du Conseil des ministres, Philippe Martin, ministre de l’Ecologie du Développement Durable et de l’Energie, a présenté le bilan des actions menées en 2013 dans le secteur de l’énergie.

 

Lors de la 2ème conférence environnementale, François Hollande avait réaffirmé sa volonté d’engager la France dans la transition écologique.

Sans attendre la loi de programmation sur la transition écologique, qui devrait voir le jour en 2014, le gouvernement a mis en place des mesures immédiates en faveur de la transition énergétique.
 

Des mesures immédiates sans attendre la loi de programmation
 

Dans un premier temps, le gouvernement a lancé un renforcement des appels d’offres pour les projets photovoltaïques.

Le fond chaleur, qui soutient la production de chaleur d’origine renouvelable a été prolongé jusqu’en 2015.

Le dispositif des certificats d’économies d’énergies a lui aussi été reconduit pour une 3ème période allant de 2015 à 2017.
 

Des dispositifs de soutien aux EnR
 

Le soutien aux énergies renouvelables fait partie des enjeux majeurs des 34 plans industriels annoncés en septembre 2013 par le ministère du redressement productif. Ce soutien a été réorienté et donne priorité aux filières EnR émergentes.

Le programme d’investissement d’avenir, annoncé par Jean-Marc Ayrault en juillet 2013, prévoit de consacrer 2,3 milliards d’euros à la transition énergétique.

Enfin, un plan de rénovation énergétique de l’habitat (PREH) a été lancé en septembre 2013 pour accompagner les particuliers dans leurs travaux grâce à un nouveau dispositif de soutien financier et à la mise en place d’un guichet unique, leur apportant conseil et expertise pour leur démarche. Selon un récent discours de Philippe Martin, le PREH a déjà permis à 31 000 ménages précaires d’obtenir un engagement de financement.

 

Ce bilan est le début d’un travail de fond qui doit permettre à la France d’atteindre des objectifs ambitieux :

  • 23% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique final en 2020.
  • Ramener la part du nucléaire à 50% du mix en 2025.
  • Diviser les émissions de CO2 par 4 en 2050.

 

 

 

 

 

Quelles perspectives pour 2014 ?
 

L’année 2014 devrait quant à elle voir l’aboutissement de la loi de programmation sur la transition énergétique. Le premier texte devrait être présenté au Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE) pour avis et soumis au Parlement au printemps.

C’est un rendez-vous majeur : cette loi de programmation va structurer le travail du MEDDE pour les prochaines années. Selon Philippe Martin, ministre de l’Ecologie du Développement Durable et de l’Energie, c’est un rendez-vous des plus important depuis le Grenelle pour le ministre et ses agents.

 

2014 sera aussi l’année de la mise en place de l’éco-conditionnalité des aides publiques, qui limitera progressivement l’attribution des aides aux travaux d’économie d’énergie ayant été réalisés par une entreprise titulaire d’un signe de qualité « RGE ».

 

Lors de ses vœux à la presse, Philippe Martin a indiqué : « préparer lucidement l'avenir, c'est aussi se donner les moyens de faire de la France un champion mondial des énergies renouvelables et une référence internationale dans le domaine de l'efficacité énergétique. »



Source : MEDDE
Crédit photo: MEDDE