Actualités > Solaire thermique collectif : une étude d’Observ’ER pour prendre le pouls de la filière

Solaire thermique collectif : une étude d’Observ’ER pour prendre le pouls de la filière

Dans le cadre de ses études économiques réalisées en partenariat avec l'ADEME, Observ'ER a publié un suivi du marché des installations solaires thermiques collectives en France. Ce document dresse un panorama des ventes et des perspectives de la filière chaleur solaire.

 

Une situation toujours difficile mais des raisons d’espérer

Le marché du solaire thermique collectif métropolitain est évalué à 26 825 m², soit une baisse d’activité de 22 % par rapport à 2016 en termes de superficie de capteurs posés. Le marché est porté par le tertiaire (46%) et le résidentiel (43%), loin devant les réseaux de chaleur (9%), l’agriculture (4%) et l’industrie (1%). Depuis 2013, le recul s’établit a 69 % dans ce secteur de la chaleur solaire. L’étude fait Par ailleurs ressortir un manque d’intérêt des fabricants et distributeurs pour le solaire thermique, qui est considéré comme peu rentable et donc délaissé par les équipes commerciales.

Le premier semestre 2018 laisse entrevoir une possible stabilisation par rapport à l’année 2017, avec quelques signes positifs relevés par les acteurs de la profession, notamment au travers des appels d’offres de l’ADEME en lien avec le Fonds Chaleur. Les perspectives de développement sont également importantes pour certains secteurs comme le médico-social, l’agriculture ou encore l’élevage, où le solaire thermique répond parfaitement aux besoins. Des actions de communication doivent être lancées pour sensibiliser davantage les porteurs de projets à la chaleur solaire, encore très souvent réduite à la production d’eau chaude sanitaire (89% du marché).

Avec la hausse importante du Fonds Chaleur annoncée pour 2019, et une simplification des procédures d’attribution des aides, la filière est en droit d’espérer une reprise d’activité à moyen terme. Les différentes actions menées en matière de démarche qualité devraient également se faire ressentir progressivement dans la demande. La réhabilitation d’installations défaillantes d’ici 2019 prévue dans le cadre du Plan Soleil devrait permettre d’effacer les contre-références qui sont autant de stigmates pour la filière. Enfin, la fiscalité écologique constitue un effet de levier très attendu par la filière : la contribution climat énergie (taxe carbone) et les autres taxes associées vont avoir une incidence importante sur le coût des énergies carbonées d’ici 2022.

 

Les principaux freins au développement de la chaleur solaire

Observ’ER a identifié les principaux freins au bon développement de la chaleur solaire dans le collectif :

  • La dérogation a surconsommer (15%) rendue possible pour tous les bâtiments collectifs dans le cadre de la RT 2012, et qui devait prendre fin au 31 décembre 2017, a été reconduite pour deux ans. Il faut désormais atteindre fin 2019 pour que cette situation prenne fin. La réglementation environnementale (RE 2020) en cours d’élaboration devrait prévoir une obligation de chaleur renouvelable à hauteur de 15%, de quoi inverser la tendance.  
  • La modification tardive des paramètres du moteur de calcul associée à la RT 2012, avec la révision du paramètre delta t réalisée en 2016, n’a pour l’instant pas permis de modifier les habitudes déjà prises par les acteurs de la construction (bureaux d’études, constructeurs ou architectes) qui ne considèrent que très peu l’option solaire.
  • Les contre-références continuent de peser sur l’image de la filière et sont dans la tête de nombreux maîtres d’ouvrage et prescripteurs.

 

Zoom sur les avancées de la filière

Face aux difficultés rencontrées par la filière, les professionnels du solaire thermique collectif se sont mobilisés pour apporter des solutions. La filière a été fortement structurée au travers de l’initiative SOCOL, portée par ENERPLAN et soutenue par Qualit’EnR, qui fédère une démarche qualité avec des bonnes pratiques à respecter :

 

Pour télécharger gratuitement l’étude complète, rendez-vous sur le site d'Observ'ER : www.energies-renouvelables