Actualités > Photovoltaïque : clap de fin pour les mesures anti-dumping de l’Union européenne

Photovoltaïque : clap de fin pour les mesures anti-dumping de l’Union européenne

Depuis le 3 septembre dernier, les cellules et panneaux photovoltaïques cristallins en provenance d’Asie ne sont plus soumis à la taxe « anti-dumping », qui imposait un prix minimum pour ces produits importés de plusieurs pays dont la Chine et Taïwan.

Ca y est, c'est la fin. Après avoir été prolongées par deux fois, les mesures anti-dumping prises par la Commission européenne et celles visant à compenser des subventions illégales ont été levées au terme d'un vote des Etats membres.

Cette mesure protectionniste avait été décidée fin 2013 pour lutter contre des pratiques jugées comme étant anticoncurrentielles. Elle a fait suite à plus d’un an d'enquête sur les pratiques de dumping et de subventions illégales de la Chine suite à la plainte d'industriels européens. Pendant près de 5 ans, les produits provenant de plusieurs pays d’Asie devaient respecter des seuils de prix, au risque d’être taxer jusqu’à 65%.

La Commission estime que cette mesure a permis de s’aligner sur les prix pratiqués à l’échelle mondiale. En mars 2017, elle avait ainsi annoncé la fin progressive de ce dispositif sur 18 mois en indiquant que le dispositif ne servait plus l’intérêt des Etats membres : « Après avoir étudié les besoins à la fois des producteurs de panneaux solaires et de ceux qui les utilisent ou les importent, la Commission a décidé qu'il était dans le meilleur intérêt pour l'UE de faire disparaître ces mesures. »

Cette décision divise les acteurs de la filière solaire : si les fabricants s’y sont farouchement opposés, en dénonçant un impact « dévastateur » pour la production européenne, les distributeurs et installateurs y voient un potentiel de développement économique important pour le solaire en Europe.

 

Crédit photo : Gérard Colombat / Flickr