Actualités > Efficacité énergétique et EnR : 10 ans de progression

Efficacité énergétique et EnR : 10 ans de progression

L’ADEME a publié en juin dernier sa dernière étude « Marchés et emplois liés à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables », traitant de l’évolution d’une trentaine de filières dans les secteurs des transports, du bâtiment résidentiel et des énergies renouvelables entre 2006 et 2015.

etude-ademe-marche-emplois-efficacite-energetique-enr

Une nette progression des emplois et marchés

Sur près d’une décennie (2006-2015), l’ADEME nous informe que les marchés liés à l’amélioration énergétique et aux EnR ont plus que doublé (+121 %), permettant une progression incontestable des emplois associés (+70 %). Un développement encourageant qui, selon des estimations provisoires, devait être poursuivi sur l’année 2016.

L'efficacité énergétique, un secteur porteur de croissance

Outre le secteur des transports qui reste le plus dynamique, le marché de l’amélioration de l’efficacité énergétique dans le résidentiel affiche une belle progression depuis 2006 (+ 71%) et génère au final le plus d’emplois (153 180 emplois en 2015).

La rénovation énergétique domine ce secteur, englobant en premier lieu le remplacement des ouvertures et l’isolation des parois opaques. S’en suit le remplacement des appareils de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire, regroupant majoritairement les appareils de chauffage au bois (2,5 Md€), toujours devant les chaudières à condensation, les pompes à chaleur, les chauffe-eau thermodynamiques et les chauffe-eau solaires individuels.

marches-efficacite-energetique-batiment-residentiel

L'évolution en demi-teinte des énergies renouvelables

Le marché des EnR est principalement porté par les trois grandes filières de production d’électricité verte : photovoltaïque, éolien et hydraulique (48%).

marche-total-lie-aux-enr-en-2015

Concernant les énergies renouvelables thermiques, deux facettes ressortent de cette étude. D’un côté, l'étude démontre que la chaleur renouvelable est en baisse auprès des particuliers, du fait notamment de la baisse des prix du fiou et du gaz.

A contrario, le marché de la chaleur collective a plus que doublé depuis 2009, ce grâce au dispositif du Fonds Chaleur mis en place par l’ADEME, et au développement des projets de chaufferies bois et collectives et de géothermie.


Même son de cloche du côté des emplois qui, stabilisés depuis 2012, diminuent de 2,1% entre 2014 et 2015, malgré une certaine dynamique sur les postes de vente d'énergies renouvelables et maintenance des équipements (+ 1,3 % en 2015).

Globalement, suite au boom du marché constaté entre 2006 et 2010, le marché des EnR a fortement diminué en 2011 pour finalement se stabiliser à 23,7 Md€ en 2015. Toutefois, malgré ce repli, la tendance générale reste à la hausse.

Politiques publiques, un rôle impactant

L’étude évoque l’impact majeur des actions menées par les pouvoirs publics sur l’évolution des marchés. Les lois, réglementations, appels d’offres et aides financières influencent les marchés en parallèle de l’évolution du prix des énergies fossiles et du pouvoir d’achat des français.

Il reste donc important que le gourvernement continue de soutenir le développement des énergies renouvelables. Plusieurs mesures sont notamment en passe d'être prises en ce sens tout comme annoncé par Nicolas Hulot, ministre de la Transition Écologique et Solidaire, lors du dévoilement du Plan Climat le 6 juillet dernier.
Un projet de loi devrait notamment être présenté en septembre prochain, proposant de mettre fin à la production d'hydrocarbures non conventionnelles en France d'ici à 2040, et ainsi s'engager vers la neutralité carbonne.
 



Consultez l'intégralité de la lettre Stratégie ADEME&VOUS, relatant les résultats de l'étude "Marchés et emplois liés à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables" (2006-2015).

 

Crédits images : ADEME