Actualités > Interview de Matthieu Orphelin : "un nouveau système énergétique est à inventer ! "

Interview de Matthieu Orphelin : "un nouveau système énergétique est à inventer ! "

 

Qualit’EnR a le plaisir de recevoir Monsieur Matthieu Orphelin, député et acteur engagé de la
transition énergétique, pour évoquer son travail en matière de politique énergétique…


Vous êtes primo-député mais vous militez pour le développement durable depuis longtemps : quel a été votre parcours ?

Mon engagement en faveur de la transition énergétique est ancien, j’ai mené l’essentiel de ma carrière au siège national de l’ADEME (Agence pour l'environnement et la maîtrise de l'énergie) à Angers, dont j’ai été à partir de 2016 directeur du service « économie circulaire ».

J’ai été de 2012 à 2015, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot, où j’ai suivi le débat national sur la transition énergétique, la loi de transition énergétique pour la croissance verte, les conférences environnementales ainsi que les COP20 et COP21.


Comment envisagez-vous le développement des énergies renouvelables ?

La France doit poursuivre son engagement sur les énergies renouvelables pour atteindre l’objectif de 32 % des énergies renouvelables à
horizon 2030. Le développement des énergies renouvelables est aujourd’hui assumé par le gouvernement comme étant une vraie révolution. Il doit se faire en parallèle de la fermeture de centrales nucléaires, en multipliant par 2 ou 3 le volume d’énergies renouvelables dans les 5 ans à venir.

Le gouvernement a ainsi pris des mesures fortes pour favoriser l’éolien et le photovoltaïque, en annonçant des allègements et des simplifications administratives afin de réduire de manière significative les délais de mise en oeuvre des projets. En parallèle du développement des énergies renouvelables, il est aussi nécessaire de développer les technologies de stockage qui offrent des perspectives formidables de progrès.

Il faut donner de la visibilité à l’ensemble des acteurs industriels, collectivités et citoyens. Il s’agit de rendre la transition irréversible, car elle est source d’une plus grande solidarité, d’emplois et de compétitivité pour les entreprises. Les énergies renouvelables n’ont que des avantages économiques, un nouveau système énergétique est à inventer !

 

Les énergies renouvelables n’ont que des avantages économiques,
un nouveau système énergétique est à inventer !

 

En quoi consiste votre travail à l’Assemblée nationale au sein de la commission du développement durable ?

En tant que député membre de la commission du développement durable et de l'aménagement du territoire, j’ai été responsable du texte relatif à la fin de la recherche et de l’exploitation des hydrocarbures pour cette commission, par lequel nous assumons de vouloir désintoxiquer le pays des énergies fossiles pour être à la hauteur du défi climatique. Ce texte vise à faire baisser fortement la demande en énergies fossiles, et, en même temps, organiser la fin de leur production, tout en investissant dans une économie 100 % circulaire et dans les technologiques plus propres.

Par ailleurs, j’ai été actif lors du dernier projet de loi de finances en déposant des amendements sur quelques mesures phares en faveur de la transition énergétique : j’ai notamment soutenu le doublement sur le quinquennat du Fonds Chaleur (ce qui était un engagement de campagne présidentielle), le Fonds Chaleur étant un outil indispensable pour accélérer le rythme de développement des énergies renouvelables ; ou encore la poursuite d’un dispositif de bonus d’aide à l’achat de vélo à assistance électrique (VAE).

 

Comment agissez-vous dans votre circonscription pour soutenir les énergies renouvelables ?

Au niveau local, le gouvernement va lancer les contrats de transition écologique pour accompagner les territoires dans tous les aspects de la transition écologique y compris les mutations économiques et sociales.

Plus précisément dans le Maine-et-Loire, des projets participatifs d’énergies renouvelables se développent : par exemple, le parc éolien de la Jacterie de l’association Atout Vent en Chemilllois qui a fait appel à Énergie Partagée pour l’implantation de 5 éoliennes ou encore le Parc naturel de Saumur qui a lancé un appel aux citoyens, collectivités ou acteurs économiques prêts à investir dans des projets photovoltaïques.

Ces projets d’énergies renouvelables participatifs sont à encourager car ils sont la clé d’une déclinaison locale de la transition écologique mobilisant les citoyens mais sont aussi un gisement d’emploi local.

 

Que retenez-vous du plan national de rénovation énergétique récemment annoncé par le Gouvernement ?

Le plan de rénovation énergétique des bâtiments comporte de nouvelles mesures qui changent la donne et permettront d’accélérer la transition énergétique. La transformation à partir de 2019 du CITE (crédit d’impôt transition énergétique) en une prime forfaitaire est une mesure emblématique. Cette prime sera versée dès la réalisation des travaux et bonifiée pour les ménages aux revenus modestes, en faisant une mesure écologique ET solidaire.

De plus, 4,8 milliards d’euros sont prévus pour lancer (enfin !) la rénovation énergétique des bâtiments publics. Les enjeux sont énormes : en France, le secteur du bâtiment représente 45 % des consommations d’énergie et près d’un quart des émissions de gaz à effet de serre !

 

Que pensez-vous du dispositif « RGE » mis en place pour accompagner les porteurs de projet ?

Le dispositif RGE est une excellente mesure pour accélérer la rénovation énergétique de l’habitat. Il va permettre de garantir une meilleure qualité des travaux tout en limitant le coût pour les entreprises pour leur assurer un accès au marché des travaux de la rénovation. ♦

Retrouvez l'intégralité de cette interview dans le journal Qualit'EnR infos du mois de décembre 2017

 

 

 

Source : Qualit'EnR
Crédit photo : Matthieu Orphelin