Accueil > Particuliers > Découvrir les énergies renouvelables

Le chauffage et l'eau chaude solaire

Les capteurs solaires thermiques pour votre eau chaude et votre chauffage

Installer un chauffe-eau solaire individuel (CESI) ou un système solaire combiné (SSC) dans votre maison vous permet de faire de réelles économies d'énergie et de réduire votre facture d'électricité, gaz, ou fuel, etc, servant à produire votre eau chaude sanitaire et votre chauffage.



Le solaire thermique, un geste pour la planète et votre assurance confort

Le soleil produit de la chaleur, une énergie gratuite et inépuisable : une réelle alternative écologique et des économies importantes sur vos factures.

1m² de capteur solaire thermique installé = 150 à 300 kg de gaz à effet de serre non rejetés dans l'atmosphère  par année.

Grâce au solaire thermique, réduisez de 20 à 60% votre facture d'énergie pour le chauffage et de 50 à 70% pour votre production d'eau chaude sanitaire (selon la région, l'isolation de votre habitation et la taille de l'installation).

S'équiper en solaire thermique, c'est s'affranchir de l'inflation énergétique et gagner en indépendance.
 

Des systèmes simples et performants

Des capteurs solaires, le plus souvent installés sur le toit, récoltent les calories de chaleur produites par le soleil. Celles-ci sont ensuite conduites à un ballon solaire grâce au fluide caloporteur qui circule dans les capteurs.                               

En fonction de votre besoin, deux types de systèmes :

  • Pour la production d'eau chaude sanitaire : le Chauffe-eau solaire individuel (CESI) ou collectif (CESC)
  • Pour la production de chauffage et d'eau chaude sanitaire : le Systèmes solaire combiné (SSC)

Dans les deux cas, le procédé est simple : des capteurs solaires généralement installés en toiture récupèrent la chaleur de l'énergie du soleil.
Cette chaleur est acheminée vers un ballon solaire d'eau sanitaire ou vers le réseau de chauffage.
Quand le rayonnement s'avère insuffisant, un dispositif d'appoint prend automatiquement le relais pour couvrir les besoins du logement.

On distingue clairement 5 éléments principaux dans un chauffe-eau solaire :

  • Des capteurs solaires, aussi appelés panneaux solaires, placés à l'extérieur pour recevoir les rayons du soleil,
  • Un ensemble de régulation et de circulation, qui optimise l'apport d'énergie solaire vis à vis de l'appoint,
  • Un ballon de stockage d'eau sanitaire, aussi appelé ballon solaire,
  • Un mitigeur, qui régule le débit et la température de l'eau en provenance du ballon,
  • Un système d'appoint, parfois intégré directement au ballon, qui assure en complément la production d'eau chaude sanitaire.

Un chauffe-eau solaire individuel permet couvrir entre 40 à 70% des besoins d'une famille en eau chaude sanitaire. Un système solaire combiné peut assurer jusqu'à 60 % des besoins en ECS, et 20 à 60% des besoins en chauffage annuels d'une maison.   

L'électricité photovoltaïque

Les panneaux solaires photovoltaïques pour votre production d'électricité

Les panneaux photovoltaïque permettent de transformer les rayons du soleil en électricité afin d'alimenter les équipements électriques de la maison, et de réaliser de véritables économies d'énergies.

bandeau image photovoltaïque

Solaires photovoltaïque : une alternative écologique fiable

Des cellules photovoltaïques, assemblées pour former un panneau photovoltaïque (appelé aussi capteur ou module photovoltaïque), recoivent les rayons du soleil.

Chaque jour, la Terre reçoit sous forme d'énergie solaire l'équivalent de la consommation électrique de 6 milliards de personnes pendant près de 30 ans, sans bruit ni émission de gaz à effet de serre.

Au contact des "photons" qui composent cette lumière et grâce aux matériaux semi-conducteurs du panneau (le plus souvent du silicium), les "électrons" présents dans les cellules s'activent et créent un courant électrique, transformé ensuite en courant alternatif adapté pour le réseau public d'électricité.
 

On distingue clairement 3 éléments principaux dans un système solaire photovoltaïque :

  • Les panneaux solaires, placés généralement en toiture pour recevoir la lumière du soleil,
     
  • L'onduleur, qui transforme le courant continu provenant des cellules photovoltaïques en courant alternatif, prêt à être injecté au réseau,
     
  • Les disjoncteurs et compteurs, permettant de réguler et mesurer la consommation d'électricité de la famille

La production d'électricité solaire est possible partout en France, quel que soit le taux d'ensoleillement de votre région.

Devenir producteur d'électricité solaire

Une fois l'électricité produite par vos panneaux solaire photovoltaïques, vous avez plusieurs possibilités concernant son utilisation, à savoir :

  • Vendre la totalité de votre production aux distributeurs d'électricité tels qu'EDF,
     
  • Vendre le surplus d’électricité après votre consommation personnelle,
     
  • Consommer votre électricité sans vendre le surplus non consommés (autoconsommation).

Pour cela, il faut que votre installation soit raccordée au réseau public d'électricité.


Vendre sa production d'électricité solaire

Vendre votre production d'électricité photovoltaïque vous permet de bénéficier d'un tarif d'achat attractif, car fixé pour les distributeurs à un montant supérieur au prix d'achat de l'électricité destiné aux consommateurs.

Pour vendre votre production d'électricité photovoltaïque, il vous faut établir une demande de raccordement au réseau public d'électricité avec attestation sur l'honneur, permettant de déterminer le régime tarifaire applicable pour l'achat de l'électricité produite.

Après avoir fait la demande de raccordement au réseau, un contrat d'obligation d'achat est signé avec le distributeur d'électricité choisi, qui s'engage ainsi à acheter votre production d'électricité au tarif réglementé (fixé à la date du contrat) pendant 20 ans.
 

Le chauffage et l'eau chaude au bois

Le bois énergie pour votre eau chaude et votre chauffage

L'installation d'un appareil bois énergie dans votre maison vous permet de gagner en confort, et de faire des économies sur vos factures d'eau chaude et de chauffage.

bandeau-bois-energie

Le bois, une ressource abondante pour votre chauffage

Le bois énergie est la source d'énergie renouvelables la plus répandue en France. Installer une appareils bois énergie dans votre logement vous permet de profiter d'une source d'énergie propre, concilliant préoccupations écologiques et considérations pratiques.

En France, la forêt couvre environ 16,5 millions d'hectares, soit 30% du territoire. Cette surface est en constante augmentation grâce à une gestion responsable du parc exploité.

Le chauffage au bois, quels systèmes et quels combustibles ? 

Pour une solution bois énergie adaptée, le choix dépend de la typologie de votre logement, de sa surface et de votre mode de vie. Il existe deux grandes familles d'appareils de chauffage au bois :

  1. Les appareils "indépendants" (cheminées, inserts ou poêles) sont d'excellents systèmes de chauffage d'appoint et dans certains cas, de chauffage principal. Installés dans une pièce de vie, souvent le salon, leur principe est de chauffer l'air ambiant. 
     
  2. Les appareils "hydrauliques" (chaudières principalement) apportent le confort d'un chauffage central, mais produisent aussi de l'eau chaude sanitaire. Installés dans une pièce annexe (sauf pour les poêles ou inserts hydrauliques), leur principe est d'alimenter un circuit de chauffage (radiateurs ou plancher chauffant).
     

Plus de 450 000 appareils de chauffage au bois (hors cheminées ouvertes) sont installés chaque année en France avec des performances toujours plus accures

Ces appareils existent en approvisionnement manuel (bûches) ou automatique (granulés ou plaquettes) pour répondre à vos besoins :

 

 

 

Bûches : utilisées dans les inserts, foyers fermés, chaudières manuelles.

Granulés/Pellets : Issus de la compression des sciures de feuilles ou de résineux, les granulés peuvent être utilisés dans les poêles ou chaudières automatiques.

Plaquettes : bois sous forme de copeaux et d’origine forestière ou d’industrie, les plaquettes peuvent être utilisées dans les chaudières automatiques.

Briquettes : sous forme de bûchettes reconstituées d’environ 20 cm et composées des résidus de scierie, les briquettes peuvent être utilisées dans tout type d’installation (foyer fermé, insert, poêle, chaudières manuelles et automatiques).


Attention : dans le cas d'une rénovation de cheminée ancienne, il est nécessaire de remplacer le foyer ouvert par un appareil perfomant.

Attention : pensez à vérifier la compatibilité avec l'installation existante ( dimension du foyer, compatibilité du conduit de fumée, nécéssité d'un tubage...) 

Attention : Pensez à installer une couche de protection thermique si votre poêle à bois est installé près de matériaux combustibles tels que les planchers en bois, les portes, ou tous types d’objet qui s’enflamment facilement.

 

Rendements et autonomie des appareils de chauffage au bois

  • Les appareils indépendants à granulés, quasiment toujours équipé d’un extracteur, ont un meilleur rendement de combustion (85% à 90% pour les meilleurs) que les appareils bois bûches (75% à 80% pour les meilleurs). En revanche, les appareils à bois bûches n’ont aucune consommation d’électricité pour assurer leur fonctionnement.
  • Les chaudières bois bûches, associées obligatoirement à des ballons d’hydro-accumulation, fonctionnent en allure nominale. Ce fonctionnement permet d’obtenir un rendement optimum alors que les phases de ralenti sur les appareils à bois bûches indépendants dégradent le rendement de manière importante. Les phases de ralentis seront d’autant plus rare que l’appareil est bien dimensionné (éviter le surdimensionnement).
  • Les appareils automatiques raccordés (granulés ou plaquettes) ont une autonomie importante, allant de plusieurs jours pour les poêles et inserts à plusieurs mois pour les chaudières.
  • Les appareils raccordés manuels ont une plus faible autonomie, allant de une à 3 heures pour les poêles et inserts à 12 heures pour certaines chaudières.

Zoom sur une solution de plus en plus populaire : le granulé de bois

Parmi les trois solutions proposées par la filière bois-énergie, c’est le granulé qui enregistre la croissance la plus importante. En France, c’est un marché qui a connu une croissance fulgurante depuis les années 2000. Entre 2003 et 2009, la demande est passée d’environ 20 000 tonnes par an à environ 290 000 tonnes .

Côté porte-monnaie, le coût du granulé de bois est largement inférieur à celui de l’électricité pour un usage en chauffage principal (5,76c€/kWh pour les granulés en sac contre 14,74c€/kWh pour l’électricité) et augmente beaucoup moins vite que d’autres sources d’énergie . Plus cher que la bûche traditionnelle, le granulé offre une alternative intéressante aux personnes recherchant performances et confort d’utilisation.

 

 

Le chauffage et l'eau chaude par la pompe à chaleur

La pompe à chaleur pour votre eau chaude et votre chauffage

 

 

La pompe à chaleur (PAC) permet de capter l’énergie en milieu extérieur, la transformer en chaleur, pour ensuite la diffuser dans l'habitat.

 

 "A chaque source sa solution" 
 


C’est avant tout un système de chauffage, mais elle permet également de répondre à des besoins d’eau chaude sanitaire et aussi de climatisation : on parle dans ce cas de PAC réversibles.


La pompe à chaleur est composée de 4 éléments principaux :
 

  •  L’évaporateur : il récupère les calories de l’environnement extérieur (sol/eau/air), pour les transférer au liquide frigorigène (froid et liquide) et les faire entrer en ébullition.
  • Le compresseur : il aspire et compresse le fluide frigorigène sous forme de gaz à basse température, afin de le transformer en gaz chaud à une pression élevée.
  • Le condenseur : il récupère l’énergie du gaz produit par le compresseur, pour la céder à l’eau du circuit de chauffage. Le gaz frigorigène se condense pour passer de l’état gazeux à l’état liquide.
  • Le détendeur : il abaisse la température du liquide frigorigène formé par le condenseur, qui sera beaucoup plus basse et inférieure à la température de la source de récupération.


Ainsi, la pompe à chaleur permet de couvrir jusqu’à 70 % des besoins de chauffage d’une habitation. Les 30 %  restant (différent selon la source d’énergie et le mode de fonctionnement utilisé) correspondent à la consommation d’énergie électrique utile au fonctionnement de la pompe.

En effet, chaque pompe à chaleur a besoin d’un apport en électricité (ou gaz pour certains modèles) pour fonctionner, mais celui-ci reste minime au regard de l’énergie thermique diffusée, soit un gain écologique et économique.

Le Coefficient de Performance (COP) d’une machine permet d’évaluer son rendement en comparant la consommation d’énergie électrique à la production d’énergie thermique.

Enfin, l’avantage de ce système est qu’il s’adapte pratiquement à tous les modes de chauffage existants (radiateur, plancher-chauffant, ventilo-convecteur, unité murale ou console, etc.)

 

 

Il existe 2 familles de pompes à chaleur :

PAC Aérothermique

 

La PAC Air/Air fonctionne par deux unités. L'unité extérieure permet de puiser les calories de l'air, et le ventilo-convecteur les restitue dans la maison avant tout pour le chauffage mais également le rafraichissement l'été dans le cas d'une PAC réversible.

La 
PAC Air/Eau permet de chauffer l’eau d’un circuit de chauffage grâce à l’air récolté  en extérieur, mais également d’assurer le rafraichissement de l’habitation en été et la production d’eau chaude sanitaire (sous certaines conditions).
Ainsi, on utilise une technologie de PAC mixte, comportant un circuit pour le fluide frigorigène des capteurs, et un circuit pour l’eau chaude des émetteurs de chaleur.

Seule contrainte : un chauffage d’appoint est nécessaire en cas de climat rigoureux, notamment à partir de – 5°C et que la pompe s’arrête.

 

PAC Géothermique

Les PAC Eau/Eau permettent de capter la chaleur du sol et de la restituer soit directement dans un plancher chauffant en circuit fermé (PAC détente directe), soit dans l’eau circulant dans les différents émetteurs de chauffage (PAC à procédé mixte).

Selon la surface extérieure et le terrain, 
2 types de capteurs existent pour la géothermie :

 

  • Capteurs horizontaux : les plus répandus et moins onéreux, ils sont disposés horizontalement à faible profondeur, et nécessitent toutefois une surface de terrain suffisante.
  • Capteurs verticaux : système plus coûteux mais avec emprise sur le sol réduite, les capteurs sont disposés verticalement dans des forages préalablement réalisés.Leur installation fait l’objet de démarches administratives et est soumise à des autorisations.



© AFPAC

Le forage géothermique

 

Le forage géothermique pour le chauffage et

l'eau chaude sanitaire.

 

 

Le forage géothermique permet de tirer parti du sous-sol pour chauffer un logement ou le rafraîchir.

 

 

Le forage sur sonde géothermique

 

Après analyse du sol et des besoins, l’entreprise fore le sol pour y installer une plusieurs sondes géothermiques. Leur nombre et leur profondeur dépendent des besoins énergétiques du bâtiment.

La sonde en U est insérée dans un tube haute résistance. Un coulis est ensuite injecté pour sceller l’installation en assurant une bonne liaison mécanique et thermique de l’ensemble. En fonctionnement, un fluide caloporteur circule entre la pompe à chaleur et la sonde afin d’absorber ou rejeter des calories dans le sol.

 

 

Le forage sur nappe d’eau souterraine

 

Après analyse du terrain, l’entreprise réalise un premier forage de prélèvement afin d’y installer une pompe immergée dans la nappe d’eau souterraine. Par l’intermédiaire d’un échangeur de chaleur, la pompe à chaleur donne ou absorbe des calories.

 

Après cet échange de chaleur, l’eau souterraine retourne à sa source grâce à un second forage d’injection. Cette eau est rejetée à une température légèrement inférieure ou supérieure, sans aucun impact sur l’environnement.