Actualités > Enquête nationale sur les travaux de rénovation énergétique : la quantité plus que la qualité ?

Enquête nationale sur les travaux de rénovation énergétique : la quantité plus que la qualité ?

 

L’ADEME a dévoilé les résultats de sa nouvelle enquête TREMI (Travaux de Rénovation Énergétique des Maisons Individuelles) qui succède à l'observatoire OPEN. Cette étude menée auprès de près de 30 000 ménages ayant rénové leur logement entre 2014 et 2016 a notamment permis d'analyser la nature des travaux réalisés ainsi que les résultats obtenus.

 

Des opérations nombreuses et orientées vers le confort

Avec plus de 5 millions d’opérations engagées en matière de rénovation entre 2014 et 2016, les Français se sont massivement mobilisés pour améliorer leur logement. Le budget moyen des travaux approche les 12 000€ par maison individuelle. La recherche de confort est le premier moteur des travaux de rénovation : mieux isoler son logement du froid, de la chaleur excessive l’été ou encore lutter contre l’humidité au sein de l’habitat. L’allégement de ses factures d’énergie est le deuxième critère qui motive les Français à passer à l’acte avec des travaux de rénovation.

Les travaux réalisés relèvent en majorité de l’isolation de l’enveloppe du bâtiment : ouvertures, toiture et murs. Le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire arrivent juste après dans le classements des opérations menées. La ventilation reste bien en retrait des préoccupations des ménages, en dépit de son rôle important sur la santé et la qualité de vie des occupants. L’ADEME rappelle par ailleurs qu’elle devrait être associée à toute opération relevant de l’isolation du logement.

 

Un écart de perception en matière d'efficacité énergétique

L’étude de l’ADEME montre que les Français sont globalement satisfaits de leur rénovation : 83 % estiment ainsi qu’ils ont gagné en confort thermique à la fin des travaux. En revanche, seulement un quart des 5 millions de rénovations ont eu un impact énergétique significatif (passage à la classe énergétique inférieure) et seulement 5 % ont eu un impact important, en permettant de gagner 2 classes énergétiques ou plus. Cette situation est d’autant plus surprenante que 27% des ménages estiment pourtant être allés au bout de la rénovation énergétique de leur bien. Le bilan de l’ADEME est clair : « intégrer plus fortement la composante énergétique dans les travaux effectués, en commençant par les prioriser et à les réaliser dans le bon ordre, est donc le vrai challenge ».

 

Les professionnels comme gage de réussite

61 % des gestes de rénovations ont été réalisés à 100% par des professionnels et 6 % en mêlant de l’auto-rénovation. Sur le tiers de travaux réalisés par les propriétaires seuls, la moitié des ménages concernés se sont lancés dans l’aventure sans compétence spécifique dans le BTP.

Les ménages ayant fait appel à une entreprise ont un ressenti positif dans le domaine des ouvertures, des systèmes de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire, qui ressortent particulièrement pour le rôle de conseil et de gestion des travaux.

 

Le rôle des aides de l’État

60% des ménages réalisant des travaux ont bénéficié d’au moins une des aides financières (crédit d’impôt, éco-prêt à 0%, certificats d’économie d’énergie…) majoritairement conditionnées au recours à un professionnels « RGE ». Près de la moitié d’entre eux indique que cela a penché dans le choix de faire appel à un professionnel. Un tiers des ménages concernés a même répondu que cela a permis de faire plus de travaux ou d’aller vers plus de qualité.

 

Envie de rénover votre logement en passant aux énergies renouvelables ?

Faites appel à une entreprise qualifiée et reconnue par l'Etat !