Actualités > Fin du chauffage au fioul : les mesures d'accompagnement pour passer aux énergies renouvelables

Fin du chauffage au fioul : les mesures d'accompagnement pour passer aux énergies renouvelables

Le 14 novembre dernier, le Premier ministre a fait une annonce importante en matière de transition énergétique. Le Gouvernement a ainsi fait savoir qu’il souhaite faire disparaître le chauffage au fioul d’ici 10, avec des mesures d’accompagnement pour aider les Français à changer leur chaudière au profit d’équipements valorisant les énergies renouvelables.

 

Une annonce surprise du Premier ministre

Invité à l’émission matinale de RTL, le Premier ministre a présenté un certain nombre d’actions envisagées par le Gouvernement, notamment pour faire avancer la transition énergétique. Une des mesures phares consiste à faire disparaître le chauffage au fioul dans les logements individuels d’ici 10 ans, une énergie qu’il a présentée comme étant « chère, étrangère et polluante ». Edouard Philippe a ainsi annoncé la mise en place d'une prime à la conversion des chaudières. Les modalités exactes n’ont pas été détaillées le jour même, mais un amendement a été présenté à l’Assemblée nationale quelques jours plus tard.

 

Les mesures concrètes envisagées

détail de l'évolution du CITE pour la fin du chauffage au fioulAfin d’accompagner les particuliers dans le remplacement de leur chaudière au fioul, le Gouvernement a donc présenté un amendement à l’Assemblée nationale dans le cadre du projet de loi de finances 2019 (PLF). Cette mesure, adoptée par la majorité, prévoit de faire évoluer le crédit d’impôt transition énergétique (CITE) pour inciter les Français à moderniser leur installation de chauffage en recourant aux énergies renouvelables. Des équipements performants et écologiques qui permettent de réduire fortement la facture d’énergie d’un ménage tout en réduisant l’impact environnementale du logement.

L’amendement prévoit une extension du CITE, qui permet depuis plusieurs années de récupérer 30% du montant du matériel sous forme de crédit d’impôt pour une nouvelle installation de chauffage dans un logement existant. Si l’amendement est définitivement adopté après la navette parlementaire entre l’Assemblée et le Sénat, le CITE sera également applicable à :

  • 30% du coût de la main d’œuvre nécessaire pour l’installation de l’équipement valorisant les énergies renouvelables.
  • 50% du coût de dépose de l’ancienne cuve au fioul

 

Des aides existantes complémentaires

Ces mesures viennent en complément des aides déjà disponibles pour les particuliers, notamment celles liées au certificats d’énergie avec l’opération « Coup de pouce économies d’énergie » qui permet, sous conditions de revenus, d’obtenir de 2000€ à 3000€ pour le remplacement de son ancien chauffage par une solution valorisant les énergies renouvelables : chaudière au bois, pompe à chaleur, système solaire combiné, etc.

L'éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) permet également de financer des travaux de rénovation énergétique. Ce prêt sans intérêt, cumulable  avec le crédit d’impôt transition énergétique, peut être accordé au propriétaire bailleur ou occupant d'un logement ancien.

L'État a également annoncé une revalorisation du chèque énergie en 2019, avec 50€ de plus passant ainsi de 150€ à 200€ par an pour les ménages éligibles, ainsi qu'un élargissement des bénéficiaires puisque deux millions de foyers supplémentaires pourront en bénéficier.

 

Envie de remplacer votre vieux chauffage
par des énergies renouvelables ?

Faites appel à un professionnel qualifié et reconnu par l'État